samedi 8 septembre 2012

Attention aux émotions qui accompagnent les OMT


Ce qui est intéressant dans l'annonce des OMT ce n'est pas tant le détail de ce programme que les émotions contradictoires qu'il suscite en Europe.

En soi le fameux bazooka de la BCE n'est une révolution que pour ceux qui depuis 4 ans attendent désespérément la fin de l'Euro. Par contre ceux qui attendent une vraie solution à la crise, et ont toujours cru à l’irréversibilité de l’Euro,  vont vite comprendre que ce fameux bazooka est bien loin de suffire. Il ne remplace aucunement une véritable restructuration de la dette souveraine européenne, et ne mettra pas fin aux ajustements structurels nécessaires.

Mais bon la BCE a fait son travail, un très grand merci à Draghi. Une capacité d'intervention illimitée sur le marché secondaire de la dette souveraine secondaire, sur des maturités allant jusqu'à 3 ans, en ne reconnaissant plus de statut privilégié au préteur public. Bravo. Un outil nécessaire contre des marchés eurosceptiques.  Tout en gardant fort heureusement des conditions d'intervention très strictes, celles-là mêmes que la zone Euro impose aux pays qu'elle aide.

Donc somme toute quelque chose de très raisonnable, ni baguette magique, ni mensonge. Alors pourquoi ce vent d'émotions irrationnelles?

 L'Allemagne crie au parjure, à l'assassinat, alors que ces OMT n'interviendront qu'en renfort de plans d'assainissement des finances publiques dictés par l’Euro zone. Au contraire l'opinion publique française semble se vautrer avec délice dans l'avenir radieux sans austérité, alors que les OMT sont conditionnées à ces plans d'austérité et que la France n'a jamais eu autant besoin d'une politique drastique d'assainissement de ses comptes.

En Allemagne le vent de démagogie anti-ECB relance le débat de plus belle, le Ministre des Finances, la Chancelière viennent courageusement en support de la BCE, expliquent et détaillent. Le débat se porte aussi sur la question constitutionnelle, celle posée au Tribunal de Karlsruhe (l'acceptation immédiate de l'ESM), mais aussi celle posée par Angela Merkel pour asseoir une nouvelle Europe politique et une nouvelle légitimité démocratique sans laquelle il n'y aura pas d'Europe viable..

En France rien. Pas de pédagogie, pas de débat. Les OMT sont déjà oubliées, comme si l'Europe était un autre continent. Les OMT passées à la trappe du zapping franco-français pour laisser place  aux questions sur la rentrée politique d'un Hollande déjà mis en difficulté, ou ces tristes questions sur tous ces crimes qui défigurent un pays tellement décomposé que la violence commence à le ronger de plus en plus dangereusement.

Tout cela ne rassure pas vraiment sur les capacités de l'Europe à mettre en place la solution politique dont elle a besoin pour réellement affronter cette crise. A moins que le destin de l'Europe soit vraiment d'être à la traine de l'Allemagne en absolument tout...

Pitoyable et dangereux.

Cela n'annonce rien de bon.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire